Lieux culturels du Crous

Bourgogne-Franche-Comté

Comme tous les lieux de spectacle en France, nous sommes dans l’obligation de mettre en suspend notre activité au sein de nos 3 lieux : le Théâtre Mansart à Dijon, Le Petit Théâtre de la Bouloie et Le Café International à Besançon.
Aucune représentation n’aura lieu au cours de ce mois de Novembre, et nous ne savons pas encore quand nous pourrons annoncer notre réouverture au public. Sachez cependant que nous accueillons toujours les artistes en résidence à huis clos, et que chacun continue de créer et de travailler. Toute l’équipe du Service Culturel du CROUS Bourgogne-Franche Comté va continuer à imaginer les jours où les spectateurs pourront de nouveau se nourrir d’Art et de spectacles, et où les artistes retrouveront leur public.
À bientôt
  1. Accueil
  2.  → Le projet

Le projet

«Bo! Fé ! Ma!» signe le dispositif qui englobe trois lieux pour une articulation de notre programmation culturelle et un accompagnement en résonnance.


bo ! fé ! ma !

… le petit théâtre de la bouloie, le ca international, le théâtre mansart …

bo ! fé ! ma !

… entre un drôle d’acronyme institutionnel et des onomatop.es rappelant l’expression vocale …

bo ! fé ! ma !

… cette dénomination amusante synthétise avec humour le regroupement des trois lieux …

bo !

… et saura se décliner avec évidence …

fé !

… au fil d’une communication vive, dynamique et surprenante …

ma !

 


 

L’intitulé a été choisi parce qu’il semble répondre à certains critères indispensables aux besoins du Service culturel :

  • Dire « 3 » (trois lieux) tout en disant « 1 » (un service)
  • être sémiologiquement évident
  • être sémantiquement intuitif
  • Mettre en circulation un nouveau mot qui deviendra un nom

Mais aussi, cet intitulé apporte un lot non négligeable de qualités :

  • La contraction des trois noms en onomatopées ponctuées de points d’exclamation en fait un intitulé curieux et amusant, ce qui invite à sa compréhension et favorise sa mémorisation.
  • Les onomatopées sont aussi un moyen de parler à toutes et tous permettant ainsi au Service Culturel d’être vu et identifié par des personnes de nationalités étrangères présentes notamment au sein des universités et dans le milieu étudiant.
  • Les onomatopées suggèrent la voix et donc le corps ce qui convient parfaitement aux pratiques scéniques que les lieux mettent à l’honneur.
  • Les points d’exclamations suggèrent dynamisme et vitalité.
  • Enfin, son côté amusant permet ne pas paraitre trop intimidant, ce qui serait contre-productif vis à vis de l’objectif d’émergence et d’expérimentation de l’institution dont cet intitulé tient lieu.

Le projet trouve son fondement sur les missions propres au Crous

 

  • Mener une mission de service public et d’intérêt général, inhérente au réseau des Œuvres Universitaires : l’essor de l’éducation artistique et culturelle, l’accompagnement à la création.
  • Développer la pratique artistique par convergence pluridisciplinaire.
  • Faciliter les rencontres cohérentes avec des artistes professionnels.
  • Favoriser l’épanouissement personnel et la réussite pédagogique des étudiants par l’accès aux arts à la culture, transformer…
  • Contribuer à développer la fréquentation étudiante avec des actions de sensibilisation et d’implication.
  • Proposer une passerelle entre le campus et la Ville.
  • Être une alternative aux habitudes culturelles.
  • Faire des lieux des repères pour le public.
  • Développer la qualité culturelle du cadre de vie.

BO ! FÉ ! MA ! EST :

 

  • un espace accessible donnant la possibilité d’entreprendre et de créer,
  • un ensemble de lieux de résidences et de production, une manufacture de projets, un espace d’expérimentation et de découverte,
  • un ensemble où les échanges sont créés pour favoriser l’émergence de nouveaux projets, des lieux qui impliquent et dans lesquels primauté est donnée à la jeune création,
  • un incubateur, une pépinière de propositions artistiques fortes autour de disciplines et de domaines nouveaux ou inédits : un pôle attractif,
  • un point de convergence d’initiatives artistiques et culturelles, une instance régulière de dialogue,
  • un travail de terrain envers les publics mené non seulement par le Service Culturel mais également les étudiants et les artistes,
  • un endroit de partenariats concertés s’articulant sur le projet du Crous de Bourgogne-Franche Comté,
  • un laboratoire artistique offrant du temps de travail, des moyens de création et un accompagnement suffisant,
  • le déploiement d’une action culturelle & artistique nécessaire et particulière :
  • Porter la culture comme objet central d’attractivité.
  • Agir, expérimenter, inventer.
  • Donner du temps, des moyens ! de la surprise.
  • Écouter et permettre. Chacun est détenteur d’un potentiel créatif.
  • Permettre le « trouble » : une résidence artistique n’a que peu d’intérêt si elle ne le sème pas.
  • Favoriser l’implication de tous : le processus est aussi important que le résultat final.
  • Privilégier les démarches participatives, la co-création.
  • Considérer la concomitance entre qualité de l’environnement et qualité de vie.
  • Avoir une dimension globale des conditions de vie de l’étudiant.
  • Travailler sur les liens entre culture(s) et individus, rapprocher la création et les artistes de la population.
  • Faire évoluer les représentations associées à l’art, à l’artiste, au processus de création.
  • Ancrer une vie culturelle naturelle qui dépasse l’entre soi.
  • Un dispositif portant le Crous BFC comme vecteur essentiel pour l’attractivité, le dynamisme et la vie des campus.

 

Toujours innovant voire précurseur, nous inversons la manière d’aborder les politiques culturelles : les « petites » structures comptent autant que les grosses. D’une part parce qu’elles sont plus nombreuses, et d’autre part parce qu’elles prennent en charge la politique culturelle au quotidien, portant aussi l’effort d’innovation et tentant pas à pas mais difficilement de pousser les instruments publics à s’adapter. La culture vivifie un territoire et est facteur d’essor économique, et les « petites structures » y contribuent très largement parfois plus que les institutions culturelles les plus visibles et les plus prestigieuses.

Petite, moyenne, intermédiaire sont apposés pour qualifier nos espaces culturels.

Essentiel, précieux, amical… sont des termes qui distinguent fréquemment nos lieux, notre projet, notre équipe.

Dans l’articulation des événements, nous portons le principe du Petit Théâtre de la Bouloie consacré essentiellement à la résidence d’artistes, le Théâtre Mansart comme lieu de diffusion et de résidence, le Café International lieu essentiellement consacré à l’organisation de concerts.