Lieux culturels du Crous

Bourgogne-Franche-Comté

Comme tous les lieux de spectacle en France, nous sommes dans l’obligation de mettre en suspend notre activité au sein de nos 3 lieux : le Théâtre Mansart à Dijon, Le Petit Théâtre de la Bouloie et Le Café International à Besançon.
Aucune représentation n’aura lieu au cours de ce mois de Novembre, et nous ne savons pas encore quand nous pourrons annoncer notre réouverture au public. Sachez cependant que nous accueillons toujours les artistes en résidence à huis clos, et que chacun continue de créer et de travailler. Toute l’équipe du Service Culturel du CROUS Bourgogne-Franche Comté va continuer à imaginer les jours où les spectateurs pourront de nouveau se nourrir d’Art et de spectacles, et où les artistes retrouveront leur public.
À bientôt

Lefebvre<>Orti

Petit
théâtre
de la
Bouloie

Besançon

7, rue Pierre Laplace 25000

Mercredi 30 septembre 2020 → 19h00

Infos & réservations

Petit théâtre de la Bouloie
culture@crous-bfc.fr
T. 03.81.48.46.08
T. 03.81.48.47.90
Coproduction Compagnie D’un instant à l’autre.
Avec le soutien de la SPEDIDAM.

Lefebvre<>Orti

[SORTIE DE RÉSIDENCE]

Compagnie Le sensible du temps

guitare l Jérôme Lefebvre
saxophone l Guillaume Orti

1 heure

Jérôme Lefebvre et Guillaume Orti affûtent leur curiosité mutuelle en naviguant librement entre compositions originales et improvisations. Leur éclectisme se rencontre en une poétique où l’héritage jazzistique le plus ouvert sous-tend une créativité de l’instant. Une recherche exigeante de liberté qui se partage avec bonheur dans une interaction musicale à fleur de peau.

« Exercice d’équilibristes sur le fil si fragile de l’instant, le duo est une formule difficile et risquée qui exige une attention extrême à l’autre. Mais c’est aussi une forme très ouverte qui offre à chacun des deux musiciens beaucoup d’espace de jeu. L’alchimie en est mystérieuse. Elle ne se décrète pas. Elle s’éprouve et se prouve en direct, sans filet, à fleur de peau. Ce que firent magnifiquement les deux compères. On en redemande! »
– Pascal Anquetil