Lieux culturels du Crous

Bourgogne-Franche-Comté

Through the grapevine

Théâtre
Mansart

Dijon

94, boulevard Mansart 21000

Mardi 7 décembre 2021 -> 20h

Infos & réservations

Théâtre Mansart
theatre-mansart@crous-bfc.fr
T. 03.80.63.00.00
COPRODUCTION(S) : Centre d’art Vooruit, Gand (BE), PERPLX, Marke (BE), CENTQUATRE, Paris (FR), Cirquethéâtre Elbeuf (FR), Subsistances, Lyon (FR),
Théâtres de la Ville de Luxembourg, Luxembourg (LU), MA scène nationale – Pays de Montbéliard (FR), Les Hivernales CDCN, Avignon (FR), Malpertuis, Tielt (BE), Theater Freiburg (DE), Théâtres des Quatre Saisons, Gradignan (FR), Théâtre de l’Arsenal, Val-de-Reuil (FR)
Avec le soutien des autorités flamandes.
Alexander Vantournhout est artiste en résidence au Centre d’art Vooruit à Gand et à PERPLX à Marke, artiste associé du CENTQUATRE Paris et du Cirque-théâtre Elbeuf. Il est ambassadeur culturel de la ville de Roulers.
Alexander Vantournhout est soutenu par la Fondation BNP Paribas pour le développement de ses projets

© Bart Grietens

Through the grapevine

Alexander Vantournhout

En partenariat avec Le Dancing CDCN et Cirq’Ônflex dans le cadre du festival PRISE DE CIRQ’
Concept et chorégraphie : Alexander Vantournhout
Interprètes : Axel Guérin & Alexander Vantournhout
Créé en collaboration avec : Emmi Väisänen & Axel Guérin
Compositeur : Andrea Belfi
Dramaturgie : Rudi Laermans
Création de lumière : Caroline Mathieu
Proposition de lumière : Harry Cole
Technique : Rinus Samyn
Costumes : Anne-Catherine Kunz
Concept scénographie : Bjorn Verlinde
Regard chorégraphique : Anneleen Keppens, Maria Ferreira Silva
Remerciement à : Sébastien Hendrickx, Vera Tussing, Esse Vanderbruggen

1h30

Through the Grapevine est un pas de deux original, exécuté par deux hommes. Les interprètes, Alexander Vantournhout et Axel Guérin, dévoilent leurs corps dépouillés de toute fioriture. Ils sont entraînés, mais pas parfaits, ils ne ressemblent pas à de belles images d’Instagram ® et n’essaient pas de convaincre par des mouvements virtuoses : ce qu’ils montrent, c’est la beauté spontanée.
La chorégraphie joue sur leurs différences de morphologie et de force physique. Avec beaucoup d’efforts et de concentration, et non sans humour, les interprètes recherchent équilibre et harmonie. Ils se lancent des défis à eux-mêmes et aux autres, s’aident mutuellement à progresser, et se partagent la conduite de la danse. Par des contacts physiques réciproques ininterrompus, l’interaction entre le toucher et « l’être-touché » se déploie comme mélodie de base de la performance.